Isolation des tuyaux de chauffage : quels avantages ?

Isolation des tuyaux de chauffage

Dans une chaufferie, l’équivalent de dix mètres de tuyaux sans isolation génère la même consommation énergétique que dix lampes de 60 watts allumées en permanence. Il est donc essentiel de procéder à l’isolation de votre système de chauffage pour éviter des factures trop lourdes et un gaspillage d’énergie néfaste pour l’environnement.

Comment bien isoler ses tuyaux ?

Les canalisations d’eau chaude doivent être protégées de manière optimale pour économiser l’énergie. Il est également utile de bien isoler les tuyaux d’eau froide afin d’éviter toute condensation qui pourrait générer du givre, voire de la glace. Les déperditions de chaleur comme la résistance au gel peuvent être jugulées par un calorifugeage efficace. Cette opération est abordable et permet en plus de réaliser des économies d’énergie. Ces dernières compensent très vite la dépense des travaux réalisés au niveau des tuyaux de chauffage. Il existe également des dispositifs instaurés par l’État afin d’aider les foyers à bénéficier d’une rénovation énergétique propice à un meilleur confort thermique. Dans le cadre du “crédit d’impôt pour la transition énergétique” ou celui des “certificats d’économie d’énergie”, votre isolation de tuyau de chauffage peut être entièrement gratuite. Il est donc judicieux de faire appel à un spécialiste pour ces travaux éligibles à des coups de pouce financiers. Plusieurs procédés ont fait la preuve de leur efficacité pour calorifuger vos tuyauteries.

Des matériaux isolants et légers

Une membrane calorifuge peut se décliner en plusieurs versions. Les fibres minérales, la mousse de polyuréthane ou encore le polyéthylène sont prisés pour leurs atouts anti-déperditions thermiques. Les artisans utilisent également des manchons en caoutchouc cellulaire pour protéger les canalisations du froid. Ces options très résistantes supportent facilement des températures qui avoisinent les 100 °C, une température supérieure à celle de la plupart des fluides caloporteurs et de l’eau qui excède rarement 60 °C. Les professionnels ajoutent en général un revêtement supplémentaire sur ces matériaux. Il peut s’agir d’aluminium, de plâtre ou bien de PVC. Si le tuyau est à l’extérieur, la solution des coquilles en acier s’impose car ce métal offre une protection contre le froid, les intempéries et les attaques de petits rongeurs. Ces coquilles sont faciles à poser car elles sont flexibles et s’adaptent quelle que soit la forme du tuyau à protéger. Quand une canalisation est difficile d’accès, la projection de mousse polyuréthane ou le flocage de laine minérale sont les options retenues par l’artisan.

L’isolation et la réglementation thermique

Pour calorifuger vos tuyaux de manière optimale, une échelle de performance thermique a été mise en place. L’efficacité du matériau isolant est liée à son épaisseur et à sa conductivité thermique. Cette dernière est mesurée par le coefficient lambda. Plus la conductivité est faible, plus le calorifugeage est efficace. On évalue cette mesure entre 0,035 et 0,045. La réglementation thermique fixe six classes, de 1 à 6 en fonction du confort apporté par l’isolation des tuyaux. La classe 2 est plutôt médiocre tandis que la 4 correspond à une consommation d’énergie faible. Les tuyaux d’écoulement comme les gouttières ou l’évacuation des eaux usées doivent aussi être isolés. Pour les canalisations qui ont un petit diamètre, les manchons en mousse à découper sont une solution idéale. Les robinets dans une chaufferie ont également besoin d’une protection. Une laine isolante convient très bien. Il faut la maintenir en place avec une couche de polyéthylène et de l’adhésif. Un ballon d’eau chaude dans une pièce froide sera lui aussi recouvert, de préférence avec une housse.